Hartmann assure

Publié le par Julia


Hartmann (c'est adire moi même) m'a envoyé un mail de kinshasa pour me tenir au courrant de nos affaires, je l'ai vite forwardé a ma chère Nenita

 DANS LA PEAU DE

SUJET: report mensuel

Chere Nenita

Desole pour l'agressivite de mon mail anterieur, mais j'ai vraiment cru que tu me prenais pour un guignol. excuse moi.

Le contact avec assistance 2000 se passe tres bien, je te FWD ici un mail de mon assistant Hartmann.

Gros bisous

Arturo


>From: "Mark Hartmann"
>To: Arturo
>Subject: report mensuel
>Date: Sun, 15 May 2005 13:52:29 +0000
>
>M.Salgan
>
>Juste pour dire que les choses a Kinshasa se passent comme prevues.
>Je resterai encore une petite semaine pour discuter avec Carlson les
>preliminaires a la negociation du taux.
>
>Je m'occupe de votre affaire a Abidjan, j'ai deja contacté
>l'entreprise Assistance 2000, je leur ait proposé un CCMES, si vous
>pensez que c'est trop pour eux, contactez moi et j'annule la
>certification.
>
>A bientot sur Seattle
>
>Hartmann
>
>PS: voici une petite photo de la remise de l'aide au financement
>modere

 

Pèce jointe:


Je viens de recevoir un mail trés émouvant de Nenita...ooohhhh. Vous trompez pas, ne croyez jamais a ce qu'un scammeur vous ecrit, derriere cette femme tendre et emouvante, se cache un "advanced fee fraud", un "Nigeria 419", une personne qui cherche a arnaqueur a tout prix, même les personnes solidaires et genereuses. Son mail a l'air détendu, mais je me mefies de l'eau qui dort, surtout parceque Assistance 2000 n'a toujours pas donné des signes de vie.


SUJET:
je t'ambrasse
merci

merci du fond du coeur pour tout ce que tu fais afin de m'aider .si je comprends biens tu aide pas
mal de monde .c'est très humain ces actions .tu sais tu que les hommes de ton genre .sont très
rares de nos jours, tu es un homme pleins de bonne valeurs ne l'oubli jamais car toutes tes actions
me  touchent beaucoup .merci du fond du coeur pour tout ce que tu fais .merci aussi pour ton
compte rendu .prend bien soin de toi .bisous à toi mon ange
villaran

Commenter cet article